La médiation de l'apprentissage

 Présent pour accompagner gratuitement vos démarches et répondre à toutes vos questions d'employeur, n'hésitez pas à contacter le médiateur de l'apprentissage.

 

 

Le médiation fait parler d'elle : lire l'article sur notre médiateur dans le magazine Contact Entreprises

 




Fort de son engagement en faveur de l’apprentissage, le Conseil Régional Ile-de-France a confié une nouvelle mission au Mouvement des Entreprises du Val d’Oise en lui déléguant un poste de développeur médiateur de l’apprentissage pour le département du Val d’Oise.



Il s’agit avant tout d’éviter les ruptures quand cela est possible, mais aussi de la faciliter si celle-ci est souhaitable pour tous, afin de favoriser le recours des jeunes et des entreprises à l’apprentissage.

S’adressant tant aux apprentis qu’aux employeurs ou aux CFA, le médiateur intervient en premier lieu pour comprendre les contraintes de chacun et réinstaurer un dialogue apaisé.

 

 la page facebook

 Médiation de l'Apprentissage

 


Il est aussi présent pour vous accompagner dans vos démarches et pour répondre à toutes vos questions d’employeurs !

 

Un jugement des prud’hommes est-il le meilleur départ dans la vie professionnelle d’un jeune de 17 ans ? Non. Ça ne l’est pas davantage pour l’entreprise qui l’accueillait.

Le contrat d’apprentissage est un contrat très protecteur pour le salarié, et il est assez compliqué d’y mettre un terme par anticipation. Si l’employeur et son apprenti ne parviennent pas à se mettre d’accord pour une rupture à l’amiable, le passage devant les prud’hommes est inévitable.

Or, le monde de l’entreprise est difficile à appréhender pour les apprentis, notamment les plus jeunes et dont l’apprentissage constitue généralement la première expérience en entreprise. Il arrive donc qu’une incompréhension mutuelle naisse entre l’employeur et la nouvelle génération, mésentente qui peut conduire à la rupture de contrat.

Derrière des problèmes très factuels (heures supplémentaires non rémunérées, absence ou retard, de l’apprenti comme de l’employeur, etc.), on découvre aussi des problèmes relationnels, apparemment plus simples à surmonter, mais en définitive bien plus complexes à gérer.

Et le phénomène est loin d’être marginal : pour le Val d’Oise, Plus d’un contrat sur quatre ne va pas jusqu’au terme initialement prévu lors de la signature.

Pour éviter qu’une telle situation se reproduise trop souvent, le Conseil Régional d’Ile de France participe au financement d’un poste de médiateur de l’apprentissage dans chaque département. Les apprentis ou leurs employeurs font appel à lui quand ils rencontrent des difficultés dans leur relation de travail.

Il agit à la fois dans les salles de classes pour prévenir les ruptures, et à chaud, lorsque l’une des parties fait appel à lui pour éviter un conflit ouvert, ou le cas échéant, limiter les conséquences de celle-ci et ne pas « perdre » l’employeur ou le jeune pour l’apprentissage, qui est toujours le meilleur tremplin vers l’emploi pour les jeunes.

Pour notre département, c’est le Mouvement des Entreprises du Val d’Oise (MEVO), qui porte le projet, mettant le médiateur à la disposition de tous, Apprentis, Entreprises et Centres de Formation des Apprentis (CFA).